Des univers en goutte de pluie, des Haikus musicaux comme des tsunamis émotionnels

Publié le 29 Juin 2013

Des univers en goutte de pluie, des Haikus musicaux comme des tsunamis émotionnels

Cela fait longtemps que la musique de The Innocence Mission accompagne quelques chanceux parmi nous...
Une musique qui sait s'affranchir d'un folk geignard et par trop pastoral, écueil dans lesquels quelques barbus à chemises à carreaux tombent parfois à pieds joints avec ces mêmes références un peu usagées à Thoreau... Quelque part du côté d'une exacerbation des sentiments trés adolescente à la mode "Into The Wild".
Certains s'y cassent les dents, d'autres nous bouleversent avec des mélodies boisées qui contournent les terrains balisés comme Les Evening Hymns du canadien Jonas Bonnetta ou encore le couple Don et Karen Peris au sein de The Innocence Mission.

La musique de The Innocence Mission nous renvoie toujours vers les chemins de l'enfance, vers des moments de rires et de joies précieux car éphémères. The Innocence Mission nous met dans des états paradoxaux de mélancolie joyeuse.

C'est donc avec enthousiasme que j'ai apppris la nouvelle de la sortie du premier album solo de Karen Peris. Je savais que je retrouverai cette voix rayonnante d'humanité qui s'adresse à chacun de nous.

Des univers en goutte de pluie, des Haikus musicaux comme des tsunamis émotionnels

Mais revenons un peu sur les origines de "Violet"...
Cet album est issu des séances de préparation du prochain album du groupe.
Des "chutes de studio" (comme le dit modestement Karen Peris) qui n'ont rien à envier par exemple aux joyaux présents sur le sublime "Befriended" de 2003.


Ce qui frappe par contre dans cet album, c'est l'omniprésence du piano comme dans l'inaugural "Song for a new day" et son élévation progressive.
Puis vient la guitare fragile et crève-cœur de Don Peris et nous nous lovons dans cette musique qui nous accueille doucement.

Avec " Pascal's evening song", s'ouvre la série de morceaux instrumentaux... C'est un peu comme une osmose entre les ballades douces-amères de Michel Legrand et les formes gymnopédiques d'Erik Satie. Une musique où prime la sensibilité et les nuances des entre-deux.

Comment créer un univers dans une goutte de pluie ? Comment parvenir à réduire des sentiments universels à une poignée de notes déchirantes et de secondes éternelles ? Comment provoquer à partir d'un Haiku musical un tsunami émotionnel ?
Ecoutez " Wales because the sun would shine" ou encore "Julie and the universe" et ses tonalités fin de siècle et vous aurez un début de réponse en forme de points de suspension à ces questions...

"Violet" aurait pu se trouver sur " My room in the trees" (2010) avec cette voix qui vous donnerez envie de croire que le vent dans les arbres, les sourires de votre enfant, la vague qui vient mourir dans une caresse, que tout cela n'est pas le fruit du seul hasard, que quelque chose plus haut nous guide et nous soutient.

"Procession" me hante depuis ma première écoute, un dimanche de cet hiver qui n'en finissait pas de finir, un de ces aprés-midis au temps neutre ni froid ni chaud, où je me baladais entre forêt et bord de mer en voyant au loin ces oiseaux de mer qui fuyaient vers des terres plus chaudes.

"Sweet William" aurait sa place dans un album de Catherine Howe, Carole King ou la grande Laura Nyro...
Que de brisures pudiques dans cette voix, que de soupirs de douleur tendre dans ces souffles...

"The Blue Rooftops" et sa prolongation "Rowing across" vous accompagneront longtemps avec ces quelques instants volés au temps qui passe.

Cet album se termine sur une splendeur absolue, "Landscape with birds" où nous avons la certitude que ces oiseaux de mer nous reviendront toujours, que leurs ailes claqueront toujours dans le vent et nous protégeront de nos froids intimes...Nous savons avec force que les landes se réchaufferont, que les eaux opaques deviendront accueillantes, limpides et sincères comme la voix de Karen Peris.

Rédigé par Greg Bod

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article